Nouveaux analgésiques par complète inhibition de la dégradation enzymatique des opioïdes endogènes

PL37, une molécule analgésique originale

En dépit d’un intérêt constant de l’industrie pharmaceutique pour la mise au point de nouveaux analgésiques puissants mais dépourvus des effets indésirables de la morphine (sédation, constipation, accoutumance, dépression respiratoire, nausées), force est de constater qu’aucun médicament original n’a vu le jour depuis plusieurs décennies. Ainsi les douleurs neuropathiques (atteinte nerveuse due à une altération métabolique, infectieuse, chimique ou mécanique du nerf : diabète, infections zostériennes, chimiothérapie anticancéreuse ou anti-VIH [virus de l’immunodéficience humaine], algies postopératoires) sont peu sensibles à la morphine et médiocrement soulagées par des antidépresseurs (duloxétine) ou des antiépileptiques (gabapentine ou prégabaline) aux effets secondaires gênants.

Download full version

Publications - Latest posts

Discover our publications
NEWS RELEASES